fbpx

Aide exceptionnelle aux contrats d’apprentissage et de professionnalisation

par | 2 Sep 2020 | Actualité sociale | Aucun commentaire

Aide exceptionnelle 2020 pour les contrats d’apprentissage et de professionnalisation

 

Pour encourager les entreprises à poursuivre leurs efforts sur le recrutement d’alternants. Le gouvernement met en place une aide exceptionnelle pour les contrats d’apprentissage et de professionnalisation conclus entre le 1er juillet 2020 et le 28 février 2021.

 

Deux décrets définissent les modalités de cette aide :

 

Qui peut en bénéficier ?

 

Cette aide est accordée pour les apprentis et les salariés en contrat de professionnalisation sous deux conditions :

  • Le contrat doit être conclu entre le 1er juillet 2020 et le 28 février 2021,
  • Ils doivent préparer un diplôme ou un titre à finalité professionnelle équivalant au plus au niveau 7 du cadre national des certifications professionnelles (soit niveau Bac+5).

 

Pour les contrats de professionnalisation :

Les salariés doivent avoir moins de 30 ans à la date de conclusion du contrat (décret 2020-1084 du 24 août 2020, art. 1, I).

 

L’aide est également ouverte pour :

 

Tous les employeurs peuvent bénéficier de cette aide exceptionnelle.

Il n’y pas de conditions d’effectifs, mais un quota à respecter pour les entreprises de 250 salariés et plus (cf : décret 2020-1084 du 24 août 2020, art. 3 ; décret 2020-1085 du 24 août 2020, art. 2).

 

Détail de l’aide de 5 000 € ou 8 000 € pour la première année du contrat :

 

Pour un apprenti ou salarié mineur (moins de 18 ans) l’aide est de 5 000 € et pour un apprenti ou salarié majeur au titre de la première année d’exécution du contrat de 8 000 €.

 

Si le salarié à 18 ans pendant le contrat, l’aide sera calculée sur la base de 8 000 € à compter du premier jour du mois suivant le jour où le salarié atteint 18 ans (décret 2020-1085 du 24 août 2020, art. 1, I et II ; décret 2020-1084 du 24 août 2020, art. 2, II et III).

 

Pour les apprentis :

L’aide est versée dans les mêmes conditions que l’aide unique déjà existante (c. trav. art. D. 6243-2). Soit un versement mensuel par l’Agence de services et de paiement dès le début de l’exécution du contrat d’apprentissage. Tant que l’employeur adresse la déclaration sociale nominative (DSN) justifiant de l’exécution du contrat chaque mois (décret 2020-1085 du 24 août 2020, art. 1, III) l’aide continuera d’être versée .

 

Pour les contrats de professionnalisation :

L’aide est également versée chaque mois avant le paiement de la rémunération par l’employeur. Chaque mois d’exécution du contrat, l’employeur devra transmettre le bulletin de paie du salarié du mois concerné à l’Agence de services et de paiement. À défaut de transmission du bulletin de paie par l’employeur, le mois suivant, l’aide est suspendue (décret 2020-1084 du 24 août 2020, art. 1, IV).

 

Par conséquent, l’aide n’est pas due en cas de non-versement d’une rémunération à l’apprenti ou au salarié en contrat de professionnalisation. Mais également, en cas de rupture anticipée du contrat, l’aide n’est pas due à compter du mois suivant la date de fin du contrat (décret 2020-1084 du 24 août 2020, art. 1, V pour un contrat de professionnalisation ; c. trav. art. D. 6243-2, IV pour un apprenti).

 

Attention : les sommes indûment perçues devront être remboursées à l’Agence de service et de paiement.

 

Comment faire sa demande d’aide ?

 

La demande se fait automatiquement.

Dès lors que l’OPCO reçoit le contrat, il le dépose auprès de l’administration.

L’administration transmet à son tour à l’Agence de services et de paiement (ASP) toutes les informations nécessaires au versement de l’aide.

 

 

Si vous souhaitez rester informé de la sortie de nos articles, inscrivez-vous à notre newsletter et pour nous contacter rendez-vous sur notre formulaire de contact.

Aucun commentaire

Envoyer le commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *